COMMENT SOIGNER LES ROSIERS

Pour vivre longtemps et rester en bonne santé les rosiers ont besoin  de soins réguliers.

Les ennemis du rosier sont de deux sortes: les maladies cryptogamiques (champignons) et les ravageurs.

 

  • LES MALADIES DU ROSIER

Les maladies les plus courantes sont la rouille, l’oïdium (blanc) et le marsonia (tâches noires). Elles se déclarent lorsque les conditions climatiques d’humidité et température sont favorables.

La lutte contre les maladies est essentiellement préventive : à l’automne et en hiver il faut ramasser et éliminer les feuilles malades, il faut aussi tailler les branches abimées ou sèches. Pendant l’hiver, une pulvérisa­tion fongicide avec de la bouillie bordelaise assainira la plante.

 

Cependant la base de la lutte préventive reste une bonne fertilisation. En effet,une plante bien nourrie est plus résistante.On peut également utiliser  des produits  Phyto-stimulants qui renforceront  les défenses naturelles de la plante (exemple : purin d’ortie,décoction de prêle,etc…).

 

L’oïdium touche principalement les jeunes pousses et le haut du rosier. Il se déclenche lorsque les températures sont autour de 20oC, avec une certaine sécheresse de l’air et un peu de pluie,comme en été lorsqu’il fait doux et orageux. Le blanc n’entraîne pas la chute des feuilles mais peut faire avorter les boutons de roses.

 

Le marsonia se déclare sur les feuilles au bas de la plante,par temps plu­vieux et lorsque les températures avoisinent 20 à 25°C. C’est souvent le cas au printemps et en fin d’été. La maladie des tâches noires entraîne la chute des feuilles,ce qui affaibli le rosier et diminue sa floraison.

 

La rouille apparaît plutôt sur les feuilles au bas des rosiers,au printemps par temps pluvieux,au moment des premières chaleurs avec des pous­sées de températures supérieures à 22oC. En cas de forte attaque la rouille peut entraîner la chute des feuilles.

 

Méthode de lutte curative : on peut utiliser en pulvérisation des produits chimiques agréés  en Agriculture Biologique comme le souffre mouillable contre le marsonia et l’oïdium. Plus on interviendra au début de la maladie, plus le traitement sera efficace.

 

Contre la rouille, la bouillie bordelaise a une certaine efficacité. Ces pulvérisations sont à renouveler une ou deux fois à intervalles de 15 jours pendant le traitement.

 

Si les produits  Bio ne viennent pas à bout de ces maladies, on peut alors se tourner vers d’autres spécialités commerciales si elles sont encore autorisées à la vente chez les spécialistes.

 

  • LES RAVAGEURS:

Les principaux ravageurs du rosier sont les pucerons et les chenilles. D’autres insectes ou acariens peuvent également affecter  le rosier, le plus souvent sans dégâts importants.

Les pucerons se développent principalement sur les boutons  de roses et les feuilles du haut de la plante. Ils se nourrissent de la sève. S’ils sont trop nombreux ils peuvent ralentir la croissance et la floraison par leurs piqures et leurs sécrétions (miellat). Le plus souvent,les insectes auxiliaires (coccinelles et chrysopes) en viennent à bout.

Méthode de lutte : la plus douce avec du savon noir,ou la plus radicale (seulement en cas de forte invasion) avec un insecticide de type de Pyréthrine.

 

Les chenilles sont d’espèces diverses;elles provoquent des défoliations plus ou moins importantes qui peuvent ralentir la croissance et la floraison du ro­sier.

Méthode de lutte : ramasser et détruire les chenilles, et (seulement en cas de forte invasion) avec un insecticide de type de Pyréthrine.

Dans tous les cas, préserver les insectes auxiliaires ce sont nos alliés contre les insectes nuisibles.

COMMENT AVOIR PLUS DE FLEURS ?

biner

Biner régulièrement pour désherber  et limiter le durcissement du sol.

 

surveiller

Surveiller régulièrement l’apparition de parasites ou de maladies, intervenez préventivement dès les premiers symptômes.

arroser

Arroser abondamment après une longue période

sèche,le matin de préférence. Indispensable l’année de la plantation,facultatif ensuite.

Les rosiers préfèrent un bon arrosage de temps en temps plutôt qu’un peu d’eau tout le temps…

engrais

 

Après le démarrage de la végétation au printemps apporter un bon engrais, puis renouveler l’opéra­ tion tous les deux mois jusqu’à l’automne.

 

Les bons engrais de fond sont le Fumier (frais ou

granulés) et les Composts (ménager ou commerciaux) que l’on doit apporter au moins une fois par an au moment du bêchage d’hiver.

Les bons engrais de soin sont de deux types :

  • soit organique (corne broyée, marc de raisin, sang séché,etc ..)
  • soit minéraux NPK (préférer les engrais avec oligo-éléments)

QUAND  ET COMMENT TAILLER ?

À l’automne,supprimer les fleurs fanées et rabattre les rosiers (sauf grim­pants) de la moitié de leur hauteur.

Pour les grimpants : attacher les grandes branches qui risquent de casser l’hiver.

Au printemps,réaliser la taille avant le démarrage de la végétation selon le type des rosiers.Supprimer le bois mort, les rameaux chétifs ou trop vieux, et privilégier les jeunes pousses.

Ne pas tailler davantage les rosiers paysagers.

Tailler à 15 cm (3 ou 4 yeux comptés au départ de la greffe) tous les rosiers buissons.

Sélectionner les plus belles branches pour les rosiers grimpants et conserver les pousses d’un an pour favoriser la floraison.